• Le garçon qui ne souriait jamais- Nienor

    I.

    Ambre

    Valentin... Ce garçon, il était tellement chelou... Il ne souriait jamais. Il entrait, tête baissée dans les salles de classe et faisait toujours la tête. Peut-être qu'avec Marie, il souriait. En tous cas, moi je n'ai jamais entendu le son de sa voix.

    II.

    Marie

    Valentin m'a souri. Trois ou quatre fois. On s'aimait, tous les deux. Mais il était de nature triste. C'est vraiment dommage qu'il ait quitté le collège. La quatrième, sans lui, c'est nul.

    III.

    Professeur de musique

    Avec l'équipe pédagogique, nous nous moquions de Valentin. En secret. Ce n'était vraiment pas cool, c'était un peu comme l'hôpital qui se fout de la charité. Je crois qu'un jour, Valentin l'a senti. Il s'est senti blessé, je pense.

    IV.

    François

    Valentin... Ce garçon, je le détestais. La façon dont il dédaignait les autres garçons pour aller vers les filles me répugnait. Je suis bien content qu'il soit parti, ce gars-là.

    V.

    Marie

    J'ai promis à Valentin de ne rien dire. C'est un serment, une promesse. Quelquefois, il m'écrit.

    VI.

    Marie,

    Ici, en Allemagne, ça va. Mais j'ai quand même peur. Si jamais mon père découvrait... Il n'hésiterait pas.

     Notre serment, je t'en délivre. Parles-en maintenant. Dis-leur que je ne m'appelle pas Valentin. Je ne me suis jamais appelé comme ça. Non, ici j'ai retrouvé ma vraie identité. Ici, je m'appelle Jeanne.

    Jeanne.

     

    VII.

    Marie.

    Ça vous gêne que Jeanne et moi on se soit aimé ? On a le droit de s'aimer, même entre filles. Le père de Jeanne la battait. Jeanne, elle s'est enfuie et déguisée en garçon. Elle ne voulait pas qu'on le découvre. Et vous, vous avez mis la main sur cette lettre, vous allez publier ça dans un article. Vous les journalistes ! Pourquoi vous êtes venus fouiner ici ?

     

    VIII.

     

    Madame, Monsieur,

    Après la tentative de suicide d'une élève dont nous tairons le nom et qui va bien, nous vous rassurons, le collège Eugène Poubelle est provisoirement fermé. Les élèves seront pris en charge par le collège Louis Braille.

    Nous souhaitons vous dire que le collège n'est en rien responsable de la tentative de cette enfant. C'était juste le lieu où elle voulait accomplir cette idée qu'elle avait en tête.

    Salutations distinguées,

    Le principal du collège.

     

     

    Nouvelle écrite en début d'année.

     

    « ON LE FAIT CE PROJET, OUI OU NON ?Là où il n'y a plus d'étincelles - Nienor »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 3 Juin 2016 à 19:46

    Pourquoi ne le mets-tu pas en ligne?

    2
    Lundi 6 Juin 2016 à 20:38
    3
    Lundi 6 Juin 2016 à 20:42

    Magnifique, tu ne trouves pas?

    4
    Lundi 6 Juin 2016 à 20:45

    Court, concis... admirable.

      • Lundi 6 Juin 2016 à 20:46

        Tout à fait, c'est... woaw !

      • Lundi 6 Juin 2016 à 20:47

        ^^

        D'ailleurs, où en es-tu de Laurélia et Thomas ?

      • Lundi 6 Juin 2016 à 20:49

        J'avance, j'ai la fin en tête mais il faut que je l'écrive. Si tu veux je te l'envoie et tu me dis ce que tu en penses.

      • Lundi 6 Juin 2016 à 20:53

        Avec grand plaisir !

      • Lundi 6 Juin 2016 à 21:14

        Envoyé ^^

      • Lundi 6 Juin 2016 à 21:21

        Reçu - et sera bientôt lu...

    5
    Lundi 6 Juin 2016 à 21:30

    Je l'ai mis en ligne Neiges éternelles !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :